Comment bien combattre la maladie de Lyme !

lyme

La maladie de LYME, très souvent mal connue, mal diagnostiquée, mal traitée…

Voici quelques conseils pour trouver une solution en cas de contamination !

 

Le traitement prolongé aux antibiotiques sera probablement inefficace lui aussi.

Votre seul moyen de lutter contre les bactéries qui vous infecteront sera de renforcer votre système immunitaire et de traiter vos symptômes avec les moyens suivants. Il s’agit d’une complémentation complexe, c’est vrai, mais la maladie de Lyme peut être redoutable, invalidante. Ces produits sont présentés en détail dans le numéro de Plantes & Bien-Être consacré à la maladie de Lyme [8] :

  • Magnésium sous forme chélatée : glycinate, bisglycinate ou taurinate de magnésium, à des doses de 300 à 600 mg par jour. C’est un incontournable de la maladie de Lyme, qui aide à réduire l’anxiété et l’excitation neuromusculaire.
  • Un bon complément de vitamines et minéraux, pour parer les déficits fréquents au cours de la maladie. Optez pour un complexe contenant de la vitamine E et du bêta-carotène naturels, du potassium, de la choline, de l’acétyl-L-carnitine, de l’acide alpha-lipoïque et de la coenzyme Q10 antioxydante.
  • L’extrait de griffe du chat (Uncaria tomentosa) stimule l’immunité à la dose de 200 à 600 mg par jour : elle augmente le nombre de macrophages et lymphocytes (globules blancs), réduit l’inflammation et soulage les douleurs articulaires.
  • L’effet de cette plante est renforcé par d’autres qui stimulent l’immunité : 400 mg d’andrographis, 2 à 3 fois par jour (extrait normalisé contenant de 4 % à 6 % d’andrographolide) ; 750 à 100 mg d’extrait sec d’astragale par jour, en deux ou trois prises ; 200 à 600 mg d’éleuthérocoque en extrait sec par jour.
  • En cas de problème digestif (type dyspepsie), le chardon-Marie est réputé. On prescrit souvent un extrait normalisé à 70 % ou 80 % de silymarine, 150 à 200 mg une à trois fois par jour.
  • La fatigue chronique et les éventuels problèmes cardiovasculaires sont soulagés par la coenzyme Q10 (s’il n’y en a pas dans votre multivitamines) à 120 mg par jour ; l’effet est renforcé avec un champignon qui diminue la fatigue et possède des propriétés anti-inflammatoires et immunostimulantes : le reishi (Ganoderma lucidum), 500 mg par jour.
  • Notre substance anti-inflammatoire préférée, les oméga-3 (dans les huiles de poisson, les graines de lin, de chia et le pourpier) favorisent aussi la bonne santé cardiovasculaire et la régénération nerveuse. Ils sont à consommer quotidiennement, si possible en quantité égale aux oméga-6 présents dans l’huile de maïs, de tournesol.
  • Pour aider les cellules à se détoxifier et lutter contre l’inflammation, la N-acétyl-cystéine est prescrite en général à la dose de 200 à 600 mg par jour.
  • En cas d’arthrite de Lyme (inflammation des articulations), les produits recommandés sont les mêmes que pour les arthrites ayant une autre cause (voir la lettre récente sur les rhumatismes).
  • Idem pour les autres symptômes possibles de la maladie chronique de Lyme : dépression, fièvre, maux de tête, nuque raide, fatigue chronique, douleurs, paralysie faciale, radiculite, myélites, inflammation des nerfs crâniens, chorée, encéphalite, palpitations, vertiges, douleurs thoraciques, problèmes de peau (acrodermatite atrophiante chronique) : il faudra alors traiter les symptômes de ces maladies indépendamment de la cause (maladie de Lyme).

Une quête que chaque malade devra entreprendre

Pour conclure, la maladie de Lyme doit être prise très au sérieux, mais il ne faut pas non plus se faire d’illusions : personne ne semble aujourd’hui avoir à coup sûr la clé de l’explication de la maladie.

 

 

Que faire en cas de morsure ?

Si vous allez chez le médecin, il vous prescrira « par mesure de sécurité » deux semaines d’antibiotiques. Est-ce utile, raisonnable ? Les effets bénéfiques sont-ils supérieurs aux effets indésirables ?

Mon avis est qu’il faut agir avec prudence et raison. En dehors de tout symptôme, et si vous avez retiré la tique avant 24 heures, votre médecin devrait vous recommander de ne rien faire. Au pire, s’il décide quand même de vous donner des antibiotiques, veillez bien à prendre des probiotiques (type Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus bulgaricus, Bifidobacterium bifidum, Streptococcus thermophilus) pour réensemencer votre tube digestif avec les bonnes souches bactériennes.

Si vous avez attrapé une grosse tique dans une région très infectée et que vous avez tardé à l’enlever (plus de 24 heures), il est probablement nécessaire de traiter (prenez alors également les probiotiques).

 

source Santé Nature Innovation

 

Laisser un commentaire

*