SCANDALE : États-Unis, le prix du stylo-injecteur en cas de crise hors de prix ! morts en vue !!

stylo
VOILA ENCORE UN SCANDALE DES INDUSTRIES PHARMACEUTIQUES !
UN STYLO INJECTABLE A 608 DOLLARS  POUR SAUVER UNE VIE EN CAS DE RÉACTION ALLERGIQUE GRAVE !
LE PRIX A MULTIPLIE PAR 6X EN MOINS DE 10 ANS !
BIZNESS ET ARGENT NE RIMENT PAS AVEC SANTÉ POUR CES INDUSTRIES !
LES ALLERGIQUES QUI N’ONT PAS LES MOYENS ILS Y PENSENT ????
L’explosion du coût de l’EpiPen, 608 dollars la paire d’injecteurs contre les réactions allergiques graves, choque l’Amérique.

Chez certaines personnes, la réaction allergique est si violente qu’elle nécessite l’injection immédiate d’adrénaline pour sauver leur vie en évitant un choc anaphylactique. Ces dispositifs d’urgence se présentent souvent sous la forme de stylos préremplis, que les patients à risque et certaines collectivités gardent en permanence à disposition. Leader sur le marché américain, l’EpiPen du laboratoire Mylan est au cœur d’une mobilisation publique rare pour dénoncer la hausse faramineuse de son prix ces dernières années: vendu une centaine de dollars en 2008, il est désormais proposé à 608 dollars.

Le mécontentement courait depuis des mois. Mais la vague de colère a enflé au début de l’été à l’initiative de parents excédés de ne pouvoir payer le traitement pouvant sauver la vie de leur enfant. Deux pétitions en ligne sont alors lancées: l’une conduit à l’envoi automatique de 150.000 lettres de plainte au Congrès, l’autre, forte de 700.000 signatures, a été déposée mercredi au siège de Mylan par l’association de consommateurs Public Citizen.

L’affaire finit par être reprise par les politiques: devant le «scandale» dénoncé par la candidate à la présidence Hillary Clinton, des parlementaires des deux bords écrivent à la PDG du laboratoire, Heather Bresch, pour demander des éclaircissements sur la politique de prix de Mylan et les coûts de production de l’EpiPen. De nombreux commentateurs font remarquer qu’en France, où le prix des médicaments est validé en bout de chaîne par le comité économique des produits de santé (public), le pack de deux stylos injecteurs est vendu… 75 euros.

Un doublement des prescriptions d’EpiPen ces dix dernières années

Quoique choquante, l’augmentation vertigineuse du prix d’EpiPen n’est pas un cas isolé outre-Atlantique, où les médicaments comptent parmi les plus chers du monde. Les prix des traitements y sont fixés par les industriels, sans lien avec l’utilité du produit, et le gouvernement n’a pas son mot à dire. Le système est difficile- ment lisible de l’extérieur – par exemple, certaines assurances santé négocient après coup des rabais avec le fabricant.

Tête pensante du succès commercial d’EpiPen, la PDG Heather Bresch concentre aujourd’hui toutes les critiques. Lorsque le brevet fut racheté par la société en 2007, le dispositif était vendu 57 dollars. En l’absence de concurrent direct, le laboratoire a depuis régulièrement augmenté ce prix à coup de plus 10  ou 15 %, une ou deux fois par an, bien que la dose d’adrénaline contenue dans le dispositif ne vaille pas plus de quelques dollars. Mylan réplique en affirmant avoir dépensé des centaines de millions de dollars pour améliorer le stylo ces dernières années.

En parallèle, l’entreprise a bénéficié d’un doublement des prescriptions d’EpiPen ces dix dernières années (source IMS Health Data). Cette expansion du marché est en partie spontanée – les allergies alimentaires progressent dans les pays industrialisés -, mais aussi et surtout l’œuvre d’une stratégie de marketing et de lobbying intense. Les commentateurs ne manquent d’ailleurs pas de souligner qu’Heather Bresch est la fille du sénateur démocrate Joe Manchin.

Indignation montante

Mylan a ainsi poussé en faveur d’une loi autorisant toutes les écoles du pays à détenir par précaution des stocks d’adrénaline injectable (votée en 2013 par Barack Obama). De nouvelles recommandations fédérales dans la prévention des chocs anaphylactiques ont par ailleurs conseillé en 2010 aux médecins de prescrire plus d’un stylo à la fois, au cas où l’un ne marcherait pas. Dans la foulée, Mylan a cessé de vendre l’EpiPen à l’unité, ne proposant que des packs de deux. Précisons que le produit se périme en vingt mois environ. Même si l’EpiPen n’est pas explicitement mentionné dans ces textes officiels, il en est quasiment le seul bénéficiaire puisqu’il détient 94 % du marché. La seule alternative aux États-Unis est l’Adrenaclick d’Impax, bien moins populaire auprès des prescripteurs et vendu 400 dollars.

Devant l’indignation montante, Mylan a d’abord promis la semaine dernière d’augmenter ses réductions à destination de certains publics, tout en maintenant le prix officiel à 600 dollars. Insuffisant, ont réagi des parlementaires et Hillary Clinton. Alors lundi, le laboratoire a pris la décision étonnante de lancer dans quelques semaines son propre générique du produit, qui devrait être vendu 300 dollars. Pas encore assez, répètent les consommateurs. La réplique pourrait venir d’un autre génériqueur, Teva, qui développe un produit approchant. Débouté par l’Agence américaine du médicament (FDA) en raison d’un problème de dosage, il pourrait retenter sa chance bientôt pour une mise sur le marché l’an prochain, estiment certains analystes.

 

source http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/09/02/25352-etats-unis-prix-dun-stylo-injecteur-fait-scandale

 

Laisser un commentaire

*