Dépakine: un scandale à 6 milliards d’euros ! le médicament contre l’épilepsie est un massacre !

depakine
LES AFFAIRES SE SUIVENT POUR CES MARCHANDS DE MÉDICAMENTS… JAMAIS AUCUNE SANCTION…
DES VIES GÂCHÉES, DES MORTS, DES MALADES… POURQUOI ? POUR LE BUZINESS ! POUR L’ARGENT !
TOUJOURS AVEC LES AUTORISATIONS DE L’ÉTAT !
QUAND LES VENDEURS DE MALADIES NOUS VENDENT DES MÉDICAMENTS POUR NOUS RENDRE MALADES  …
INFO LE FIGARO – Selon les comptes réalisés par «Le Figaro», la prise en charge des malformations coûte déjà plusieurs milliards d’euros à la collectivité. Reste à savoir qui de l’État ou du laboratoire paiera la facture finale.

Ainsi, 12.000 «enfants Dépakine» seraient nés en France entre 1967 et 2015. Ce chiffre effarant résulte des calculs réalisés par Catherine Hill, épidémiologiste et ancien membre du conseil scientifique de l’Agence du médicament (ANSM), qui avait déjà travaillé sur le Mediator et qui planche régulièrement sur les méfaits de l’alcool.

Pour arriver à ces conclusions, elle est partie des résultats obtenus par l’Assurance-maladie et l’ANSM, rendus publics fin août. Selon les deux organismes, entre 2007 et 2014, plus de 14.000 femmes enceintes ont été «exposées» au valproate de sodium, la substance active de la Dépakine, de la Dépamide et de la Dépakote. L’épidémiologiste a aussi utilisé les données de ventes annuelles de valproate disponibles de 1983 à 2015. Elle est partie du postulat que le rapport entre les grossesses exposées et les ventes était constant avant 2007 et égale au rapport observé en 2007, et qu’il était en 2015 égale au rapport observé en 2014. Pour Catherine Hill, sur la base de la totalité des ventes du produit dans notre pays entre 1967 et 2015, 50.000 femmes ont été exposées au valproate pendant une grossesse, que se soit pour soigner une épilepsie ou des troubles bipolaires.

Une fourchette très basse

De ces 50.000 grossesses, 30.000 enfants sont nés vivants. Or l’on sait que 10 % des enfants exposés in utero au valproate ont des malformations, ce qui correspond à 3 000 enfants malformés, et que 40 % de ces enfants auront des troubles neuros-comportementaux, soit 12.000 enfants. Comme certains cumulent ces troubles, entre 1967 et 2015 inclus, ce sont donc 12.000 enfants au moins qui sont nés en France avec des problèmes imputables à la Dépakine.

Partant de ces estimations, Le Figaro a sorti la calculette. Nous avons pris le dossier d’expertise judiciaire d’un enfant modérément atteint, puis nous l’avons chiffré et nous l’avons multiplié par 12.000, à savoir le nombre d’enfants Dépakine nés depuis 1967. Résultat: un coût de 6 milliards d’euros pour la collectivité pour la prise en charge de leurs handicaps depuis leur naissance jusqu’à leurs 18 ans. Le chiffre correspond donc à une fourchette très basse.

Comment avons-nous procédé? Nous nous sommes basés sur l’exemple de cet «enfant-cas témoin» car il est emblématique des bébés Dépakine: il souffre de malformations, mais beaucoup moins que certains (des enfants multiplient les opérations de la colonne vertébrale) et, en même temps, il est plus atteint que d’autres, épargnés par les effets secondaires du médicament.

500.000 euros par personne

Selon les experts judiciaires, son handicap nécessite la présence d’une tierce personne 2 heures et demie par jour, pour la vie quotidienne et pour la scolarité. L’enfant doit également être aidé pendant le temps scolaire avec une aide de vie (AVS) payée directement par l’Éducation nationale pour 10 heures hebdomadaires. À cette prise en charge s’ajoute l’allocation que touchent ses parents jusqu’à ses 18 ans, son montant est de 350 euros par mois. Soit, au bas mot, un total de 500.000 euros à la charge de la collectivité jusqu’à sa majorité. Ainsi, en multipliant le montant de ce dossier par le nombre d’enfants calculés par Catherine Hill, on arrive à la somme de 6 milliards d’euros.

Reste la question centrale: qui va donc payer? Pour l’instant, c’est la collectivité nationale qui assure ces frais. Mais l’État, qui prend donc en charge les victimes, souhaitera-t-il se faire rembourser ultérieurement par le laboratoire ou décidera-t-il de faire jouer la seule solidarité nationale? La mise en place d’un fonds d’indemnisation est en discussion avec les familles qui sont reçues aujourd’hui par Marisol Touraine la ministre de la Santé.

Par ailleurs, d’un point de vue judiciaire, l’enquête préliminaire ouverte l’automne dernier par le pôle santé du parquet de Paris est presque terminée. Que décidera le parquet? Fera-t-il le choix d’une information judiciaire, comme ce fut le cas pour le Mediator? Avec, en face, Sanofi, une entreprise cotée en Bourse qui emploie 27.000 salariés en France et en pleine campagne présidentielle, rien n’est moins sûr, confie une source proche du dossier.

source

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/09/14/25396-depakine-cout-6-milliards-deuros

Laisser un commentaire

*