Big Pharma en pratique : Michel Cymes face à Gilles Lartigot

lartigot

QUAND GILLES LARTIGOT DÉNONCE LES PRATIQUES DE L’ALIMENTATION ET BIG PHARMA 

ET QUE LES SOUMIS DES INDUSTRIELS SONT PRÊTS A MENTIR EN DIRECT

POUR PROTÉGER LEURS PATRONS !

Alimentation : Du poison dans nos assiettes... par salutlesterriens

TEXTE CI DESSOUS DU SITE LELIBREPENSEUR.ORG

Débat très intéressant mais en même totalement inutile, je m’explique. Il est intéressant dans le sens où il démontre une énième fois la supercherie du médecin cathodique Michel Cymes. Totalement inutile car on ne peut pas communiquer avec les laquais de l’industrie, ceux-là mêmes qui ont des conflits d’intérêts majeurs, sans les communiquer. Comme vous devez le savoir en principe, il est illégal de ne pas communiquer ses conflits d’intérêts ou ceux de ses invités sur un plateau télé lorsque ces derniers viennent défendre leur boutique à la télé se faisant passer pour des docteurs loyaux et intègres. Ceci semble tellement logique et pourtant quasiment jamais respecté par les producteurs télé et autres animateurs.

Les propos de Michel Cymes sont creux et mensongers. Quand il dit « Les témoignages, ce n’est pas de la science ! », il se trompe sur toute la ligne puisqu’un témoignage peut vous faire rentrer en prison sans difficulté. Qu’est-ce d’autre, si ce n’est un témoignage, lorsque l’on prend des mesures et réalise des bilans sur un patient « témoin » en double aveugle et en prenant les précautions nécessaires ? La seule différence c’est que dans un cas il est pris en compte et conduira à une publication pour commercialisation ; dans l’autre, il est considéré comme anecdotique car en général, aucun labo n’ira se risquer sur une AMM à base de carottes, gingembre ou ananas, disponible gratuitement et non brevetable.

Concernant sa phrase « Les médecins et pas les laboratoires qui font les études scientifiques » c’est tout simplement comique. Point. Qui peut croire une telle bêtise aujourd’hui ? Michel Cymes parle comme s’il n’y avait pas eu des dizaines de scandales mortels en France à cause des Mediator, Vioxx, Isoméride, les vaccins, Distilbène, Thalidomide, Cérivastatine, Diane 35, prothèses PIP, l’hormone de croissance, le sang contaminé, les maladies nosocomiales, le mésusage médicamenteux et les effets secondaires mortels (15.000 morts par an, loin, très loin derrière Daech !) et ses milliers de morts… sans oublier l’amiante, le nuage de Tchernobyl sans visa et tant d’autres mensonges criminels. Il faut savoir également qu’il est très difficile pour la justice d’aujourd’hui de dénicher un expert, essentiel à la procédure, qui n’ait pas d’intérêts serrés et nombreux avec l’industrie ; c’est quasiment impossible à ce jour. Ainsi la boucle est bouclée : l’industrie se paie le luxe de présenter des mandarins que tous croient indépendants pour lancer les produits dans les congrès et à travers les médias et quand il y a mort d’homme, les experts stipendiés seront envoyés au front pour minimiser et nier la causalité ! L’industrie pharmaco-chimique s’est transformée en monstre quasi indestructible sauf que l’ordre des choses n’est pas si simple à corrompre puisqu’il suffit d’un simple témoignage pour que tout le mensonge sophistiqué s’écroule en une fraction de seconde malgré les milliards injectés.


Pour en finir avec la faculté et les liens incestueux de certains mandarins avec l’industrie, je vous en supplie, lisez l’article décrivant la soutenance de thèse de médecine du Dr Louis-Adrien Delarue, soutenue le 6 juillet 2011, que vous trouverez ici. C’est tout simplement consternant, kafkaïen, ubuesque, morticolien.


Ce qui est le plus détestable dans le discours de Michel Cymes c’est son autoritarisme insupportable. Il croit parler à la fac avec un étudiant de 20 ans qui boit ses paroles, alors qu’il est face à un citoyen lambda qui se pose des questions sérieuses. Il ne laisse pas son interlocuteur s’exprimer calmement et l’interrompt systématiquement en casant très vite le mot « charlatan » puis « complot » pour le discréditer. Il est la description faite chair du dernier et récent livre du Dr Martin Winckler, Les brutes en blanc, concernant la maltraitance, l’autoritarisme et le mépris qu’ont certains médecins vis-à-vis de leurs patients. J’en connais un rayon pour l’avoir moi-même vécu, croyez-moi…

Pire que tout, Michel Cymes va interviewer le Pr André Grimaldi, signataire d’une tribune pour les statines (anticholestérol) avec 6 autres personnes dans Nouvel Observateur le 2 mars 2013. Bien, très bien. Ils attaquent le Pr Philippe Even concernant ses déclarations tonitruantes contre les statines tout en déclarant pour 4 d’entre-eux avoir des liens avec l’industrie pharmaco-chimique productrice de statines !!! Et ça ne choque personne ! Deux seulement déclarent avoir des liens avec Big Pharma mais pas dans le cadre des statines. Seul le Pr André Grimaldi déclarera l’inverse niant tout lien avec l’industrie. Pourtant une enquête simple et rapide prouvera le contraire puisque ce professeur a déjà travaillé avec Big Pharma, celle qui produit les statines ainsi que les deux autres qui niaient tout lien. C’est un pur parjure et on se demande ce que font la justice et le conseil de l’Ordre des médecins.

Ce que Michel Cymes ne comprend pas c’est que le corps médical perd sa crédibilité de jour en jour, au fil des scandales, comme une hémorragie suite à une section de carotide. Ce n’est pas son comportement qui aidera les médecins à reconquérir la confiance des malades, certainement pas.

Pour finir, voici une partie du chapitre IX, Toubib’snes, du livre de M. René Chiche qui parle longuement de Michel Cymes aux pages 177 à 190 et que vous pourrez lire ci-dessous. On y apprend à la page 178 qu’il a participé à un film publicitaire pour Pfizer sur les plateaux télé de France 3 (sic) ! Il ose même déclarer à la page 179 que citer à chaque fois les liens d’intérêts avec l’industrie à chaque fois qu’il cite une molécule alourdirait le propos (sic et resic) !!! C’est la loi qui l’exige et non la légèreté ou la lourdeur du propos, dura lex, sed lex ! Les lecteurs apprécieront. On imagine qu’il est moins dilettante et plus respectueux des textes quand il s’apprête à signer ses contrats à la télé et que plusieurs lectures sont nécessaires avant le paraphe minutieux sur chaque page ainsi que la signature finale…

Bref et pour finir, il est totalement inutile de discuter dans les médias mainstream possédés par le CAC 40 sur des questions aussi importantes d’autant que les interlocuteurs sont payés par l’industrie tout en le cachant. C’est une perte de temps considérable et il serait plus utile de les court-circuiter définitivement en utilisant le Net et les conférences sur le terrain afin d’atteindre les gens qui réfléchissent encore.


SOURCE

http://www.lelibrepenseur.org/big-pharma-en-pratique-michel-cymes-face-a-gilles-lartigot-dans-slt/

 

Laisser un commentaire

*