Antarctique – Glacier de Pine Island: La fissure qui fait le buzz existe depuis 15 ans !

LE BUZINESS DU RECHAUFFEMENT DE LA PLANETE !

Quand les plus grands pollueurs font les lois !

Quand on impose de faire du tri au peuple et de leurs cotés ils roulent en 4×4, limousine, avion, etc… jouent aux apprentis sorciers avec les chemtrails ( géo ingenierie – manipulation du climat ) chaque jour avec ces tonnes d’aluminium, baryum etc…

Le trou de la couche d’ozone qui s’est refermé par magie, n’oublions pas !

et ses milliards d’euros de taxes que le peuple paient pour le Co2 et toutes autres taxes pour le soit disant bien être de la planète et climat !

 

 

Antarctique – Glacier de Pine Island: La fissure qui fait le buzz existe depuis 15 ans


Pine Island (L'île du Pin). Tout a commencé en 2001, il y a donc 15 ans Quant à la fissure, elle existe depuis 2001 selon les captures ci-dessous. Pourquoi s'en inquiéter soudainement ?
Pine Island (L'île du Pin). Tout a commencé en 2001, il y a donc 15 ans Quant à la fissure, elle existe depuis 2001 selon les captures ci-dessous. Pourquoi s'en inquiéter soudainement ?

Pine Island (L’île du Pin). Tout a commencé en 2001, il y a donc 15 ans Quant à la fissure, elle existe depuis 2001 selon les captures ci-dessous. Pourquoi s’en inquiéter soudainement ?

Antarctique - Glacier de Pine Island: La fissure qui fait le buzz existe depuis 15 ans
Ces photographies montrent la formation d'un vaste iceberg, qui s'est détaché du glacier de Pine Island, dans l'ouest de l'Antarctique. L'événement s'est produit entre le 4 et le 12 novembre 2001 ; il montre très bien la rapidité des changements en cours dans cette région de l'Antarctique. L'iceberg mesure environ 42 km sur 17. Le glacier de Pine Island est le plus productif de l'Antarctique, et c'est également celui qui s'écoule le plus vite. Il est situé dans une zone de la couverture de glace de l'Antarctique occidentale dont on pense qu'elle est le plus susceptible de disparaître, de sorte que l'évolution de ce glacier présente un grand intérêt pour les scientifiques. Au milieu de 2000, une large fissure s'est formée en travers du glacier ; elle a commencé à progresser rapidement. Les données recueillies montrent que cette progression était de 15 mètres par jour environ. Les photographies montrent que le dernier segment, de 10 km, encore attaché à la banquise, s'est cassé en quelques jours. La photo de gauche a été prise à la fin de 2000, au début de la formation de la fissure. Les deux autres clichés ont été pris en novembre 2001, juste avant et juste après la formation du nouvel iceberg. L'iceberg nouvellement formé représente sept années d'écoulement du glacier de Pine Island, et toute cette glace a été rejetée dans l'océan d'un seul coup. La signification climatologique de cet événement n'est pas encore pleinement comprise. Pourtant, si on l'ajoute à des mesures déjà prises par le même instrument et à des données provenant d'autres instruments qui ont repéré le recul de l'endroit où le glacier touche la mer, l'accélération de l'écoulement de la glace et la diminution progressive de l'épaisseur de la banquise devant le glacier, l'événement offre aux scientifiques un ensemble de preuves complémentaires de la rapidité des changements en cours dans la région. Texte et images : NASA/GSFC/LaRC/JPL, Équipe MISR

Ces photographies montrent la formation d’un vaste iceberg, qui s’est détaché du glacier de Pine Island, dans l’ouest de l’Antarctique. L’événement s’est produit entre le 4 et le 12 novembre 2001 ; il montre très bien la rapidité des changements en cours dans cette région de l’Antarctique. L’iceberg mesure environ 42 km sur 17. Le glacier de Pine Island est le plus productif de l’Antarctique, et c’est également celui qui s’écoule le plus vite. Il est situé dans une zone de la couverture de glace de l’Antarctique occidentale dont on pense qu’elle est le plus susceptible de disparaître, de sorte que l’évolution de ce glacier présente un grand intérêt pour les scientifiques. Au milieu de 2000, une large fissure s’est formée en travers du glacier ; elle a commencé à progresser rapidement. Les données recueillies montrent que cette progression était de 15 mètres par jour environ. Les photographies montrent que le dernier segment, de 10 km, encore attaché à la banquise, s’est cassé en quelques jours. La photo de gauche a été prise à la fin de 2000, au début de la formation de la fissure. Les deux autres clichés ont été pris en novembre 2001, juste avant et juste après la formation du nouvel iceberg. L’iceberg nouvellement formé représente sept années d’écoulement du glacier de Pine Island, et toute cette glace a été rejetée dans l’océan d’un seul coup. La signification climatologique de cet événement n’est pas encore pleinement comprise. Pourtant, si on l’ajoute à des mesures déjà prises par le même instrument et à des données provenant d’autres instruments qui ont repéré le recul de l’endroit où le glacier touche la mer, l’accélération de l’écoulement de la glace et la diminution progressive de l’épaisseur de la banquise devant le glacier, l’événement offre aux scientifiques un ensemble de preuves complémentaires de la rapidité des changements en cours dans la région. Texte et images : NASA/GSFC/LaRC/JPL, Équipe MISR

Source photo ci-dessus

Des chercheurs américains ont identifié une nouvelle menace pour la calotte polaire en Antarctique. Le glacier de l’île du Pin s’est brisé de l’intérieur et non dans sa périphérie près de l’océan.

Normalement, les fissures apparaissent près de la mer où le réchauffement des eaux provoque des changements dans la glace. Mais grâce à des images radars prises par un satellite de l’Agence spatiale européenne, les chercheurs ont découvert des anomalies importantes à la structure interne du glacier.
En juillet et août 2015, un immense iceberg d’une superficie de plus de 600 km2 s’est détaché du glacier à la suite de l’apparition d’une très longue fissure traversant la totalité de la calotte polaire de l’ouest de l’Antarctique. Les images captées par le satellite ont permis de découvrir que cette fissure s’était développée au centre même du glacier.
Selon les chercheurs de l’université de l’Ohio et de l’université du Michigan, c’est l’eau plus chaude que la normale qui s’est infiltrée jusqu’au centre du glacier et qui aurait causé l’apparition de cette fissure géante.
Les conséquences pourraient être très sérieuses pour tout le continent et le reste de la planète. Selon les chercheurs, la fonte de la calotte polaire de l’ouest de l’Antarctique est certaine. La question est de savoir à quel rythme elle se déroulera. L’apparition d’un nouveau danger pour les glaciers de la région pourrait indiquer une accélération de cette fonte qui deviendrait même possible au cours des prochaines décennies.
Plus de la moitié de l’eau douce de la planète se retrouve sous forme de glace en Antarctique. Le glacier de l’île du Pin et son voisin, le glacier de Thwaites, agissent comme bouchons et ralentissent la progression de la calotte polaire vers l’océan. S’ils disparaissent, la calotte polaire atteindra la mer plus rapidement et donc fondra plus vite.
D’autres études ont déjà noté la nature particulièrement instable de la calotte polaire de cette région de l’Antarctique. Les experts avancent qu’elle pourrait fondre totalement d’ici un siècle ce qui causerait une hausse du niveau des océans d’environ trois mètres.
C’est assez pour inonder des villes côtières telles New York et Miami et forcer la relocalisation de plus de 150 millions de personnes qui vivent près de la mer partout dans le monde.

http://www.wikistrike.com/2016/12/antarctique-glacier-de-pine-island-la-fissure-qui-fait-le-buzz-existe-depuis-15-ans.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Laisser un commentaire

*