De 3 à 11 le nombre de vaccins obligatoires !! LA SANTE N’EST PAS LEUR PROBLÈME MAIS LE BUZINESS !

Vaccins : le dernier coup de poignard de Marisol Touraine

La santé ? ce n’est pas le problème de ces industriels pharmaceutiques et Gouvernement !

Des médecins, des chercheurs, le peuple et des associations se battent pour revoir le nombre de vaccins, les adjuvants cancérigènes, les vaccins douteux etc… après étude quelle décision ?

Circulez il y a rien à voir !

et on passe de 3 à 11 le nombre de vaccins obligatoires !! buziness is buziness !!!

Informez vous et n’oubliez jamais : votre santé est à vous ! ne la laissez pas entre les mains de ces gens !

 

 

 

 

Vaccins : le dernier coup de poignard de Marisol Touraine

Cette fois, je me suis dit que la folie s’était emparée des autorités de santé.

Mercredi dernier, le 30 novembre, après une année de pseudo « consultations démocratiques », le comité sur la vaccination a rendu son rapport, dans lequel il préconise de :

faire passer de trois à onze le nombre de vaccins obligatoires pour les nourrissons (plus les rappels) [1].

Cela ressemble au dernier coup de poignard de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Ainsi, dans son esprit :

  • puisque les gens demandent le retour du bon vieux vaccin DT-Polio sans aluminium ;
  • puisqu’ils n’ont pas l’air contents qu’on injecte à la place à leurs bébés un super-vaccin avec aluminium et trois vaccins non obligatoires supplémentaires,

alors la solution la plus simple, selon elle, est de :

  • rendre obligatoires tous les vaccins présents dans le super-vaccin
  • et, tant qu’on y est, rendre obligatoires encore cinq vaccins supplémentaires (pneumocoque, méningocoque C et triple vaccin ROR).

Un tel abus de pouvoir paraîtrait déjà inimaginable.

Et pourtant, ce n’est pas tout.

Ce n’est pas tout

Pour nous « assaisonner » jusqu’au bout, le comité recommande de :

mettre à la charge de la collectivité (c’est-à-dire vous et moi) les inévitables accidents qui découleraient de la généralisation des vaccins, par un « régime d’indemnisation pris en charge par la solidarité nationale », plutôt qu’à celle de l’industrie pharmaceutique (voir page 32 du rapport) ;

« la mise en œuvre sans délai de l’ensemble de ces recommandations » afin de ne pas nous laisser le temps de réagir (page 32 du rapport) ;

envisager le « changement de statut » – c’est-à-dire rendre obligatoire- du très controversé vaccin contre le papillomavirus (contre le cancer du col de l’utérus), et même d’étendre la vaccination « aux jeunes garçons » (page 33 du rapport) !

Que cherchent-ils à faire ?

À mettre le feu aux poudres ?

À déclencher un sentiment d’injustice et de révolte, et perdre le peu de crédibilité qui leur reste ?

Une vaste mascarade

Déjà, la crédibilité de cette consultation prétendument « démocratique » sur les vaccins avait été ébranlée en février lorsqu’un haut fonctionnaire avait claqué la porte du ministère de la Santé.

Ancien diplômé de Sciences-Po Paris, secrétaire général de la Conférence nationale de santé (CNS), Thomas Dietrich a démissionné pour dénoncer la « vaste mascarade » que constitue la « démocratie en santé » [2].

Il dénonçait, en particulier, le fait que le débat public sur la vaccination ait été confié à un institut faussement démocratique, fondé en 2015 et géré par une des anciennes conseillères de Marisol Touraine, l’Institut pour la démocratie en santé.

« Il lui fallait s’assurer que la démocratie en santé serait à sa botte », a-t-il expliqué au sujet de Marisol Touraine, selon « la volonté de la ministre de cadenasser l’ensemble des moyens d’expression de la démocratie en santé ».

De son côté, le quotidien Libération s’étonnait que « l’élaboration de cette parole citoyenne s’est faite en l’absence de toute publicité [3] ».

 

Source

Santé Nature Innovation

1 comments

La santé des lâches
Partant du principe que si les autres se font vaccinés, eux (les sans vaccins) ne développeront pas de maladie . C’est ainsi que certaines maladies infantiles et mortelles ont été éradiquées parce que les « autres se sont fait vaccinés. Une fois de plus nous nous retrouvons devant la politique des lâches de ceux qui font prendre « les risques » aux autres pour ménager leur petite bulle de confort. Si nous parlons uniquement statistiques générationnelles, les « vaccinés » ont sauvés beaucoup de vies. Mais comme l’on ne peut que procéder par hypothèses ( ben oui, on ne va pas créer un panel morts contaminés et résistants à la souche ) certains esprits chagrins vont demander à voir les morts évités 🙂
Maintenant imaginez les parents du bébé mort d’une maladie infantile suite à la « dé-vaccination » systématique, lequel de ces partisans aura le courage d’aller les voir et leur dire que si tout le monde avait été vacciné leur enfant serait encore en vie ????? Combien ???? et bien zéro comme d’hab , comme tous ceux qui invoquent un danger pour les autres sans en prendre la moindre responsabilité : la politique du lâche ………

Laisser un commentaire

*