Le jeûne en prévention des cancers

Sur les mêmes bases physiologiques que les travaux ci-dessus, mais bien avant Valter Longo, le Dr André Gernez consacra sa vie à promouvoir des approches médicales innovantes ; il s’intéressa en particulier très tôt aux cellules souches, dont il fut l’un des découvreurs ; dans le domaine qui nous concerne, il proposa, dès les années 1970, une diète préventive des cancers, mais également déjà des autres maladies dégénératives. Ce médecin nous a quittés récemment, à l’âge de 91 ans.

Concernant son protocole, je reprends certains extraits du texte disponible sur le site qui lui est dédié :

 » Il est enseigné dans toutes les facultés de Médecine qu’il faut détecter un cancer le plus tôt possible. Nous sommes ainsi constamment incités à nous faire dépister pour quelques cancers bien ciblés : sein, côlon, utérus, peau, prostate. Cette détection précoce est présentée comme la condition de l’amélioration du taux de guérison. Plus le traitement de la tumeur commencera rapidement, plus les chances de guérison seront importantes.

Il est admis […] qu’un cancer a une vie cachée de plusieurs années avant d’être détectable. […] pourquoi ne pas essayer d’intervenir le plus tôt possible après qu’une cellule ait muté et soit potentiellement à l’origine d’un cancer ?

Le docteur André Gernez a mis au point vers 1970 un protocole de prévention active des cancers dont le principe essentiel est la destruction des cellules cancéreuses dès leur apparition et avant qu’elles ne puissent former un cancer détectable et difficilement curable.

Pour parvenir à cet objectif et à son résultat […], il recommande une cure une cure de 40 jours, à commencer à partir de l’âge de risque, c’est-à-dire environ 35 ans et à renouveler tous les ans, pour détruire chaque année les cellules cancéreuses naissantes dans l’organisme et rendre impossible la formation et le développement d’une tumeur cancéreuse.

[…] La cure comporte trois parties principales :
– une réduction alimentaire durant 20 à 30 jours, permettant une perte de poids d’au moins 3% (mais variable avec la personne : une personne plutôt enveloppée aura intérêt à perdre plus, etc.) pour mettre l’organisme en acidose,
– une complémentation en vitamines et oligo-éléments, qui favorisent les cellules saines et défavorisent les cellules cancéreuses
– une éradication avec une très faible dose d’antimitotique pour éliminer les cellules cancéreuses résiduelles. »

Extrait du livre « Les 3 clés de santé » du Dr Michel Lallement.

source

Le protocole de prévention active contre le cancer du Dr André GERNEZ

 

Laisser un commentaire

*